Tag Archives: Contexte

Écouter les questions autour de nous


Photo by John-Mark Smith on Unsplash

Quels genres de questions sont posés dans une période comme celle-ci ? Ci-dessous, vous pouvez voir l’un des exercices possibles pour mettre en lumière ces questions quand j’y prête attention dans mon contexte. Ce pourrait être un bon exercice si vous tentiez également d’identifier celles qui sont soulevées dans le vôtre. Comment le récit biblique nous aide-t-il à interagir avec ces questions, et à y répondre ?

  1. Questions concernant l’humanité

a. En cette période, les questions concernant la supériorité humaine et le niveau de contrôle que nous avons sur nos vies se trouvent sur le devant de la scène. Nous avons dû accepter nos limites, notre vulnérabilité en tant que créatures et l’incertitude/l’imprévisibilité de la vie humaine. Cela nous mène également à d’autres questions sur le sens et le but de la vie humaine.
b. Au sein de notre isolation sociale forcée, les récits de notre société sur l’individualisme humain et nos styles de vie autonomes et autosuffisants ont été mis en évidence. Notre besoin de l’autre et la valeur de la communauté ont été rehaussés, montrant que nous sommes par nature des êtres sociaux, et non des créatures autonomes. L’appel à utiliser le terme distanciation « physique », par opposition à la distanciation « sociale », en est un autre exemple.


  1. Questions concernant la théologie, les disciplines et la communauté chrétiennes

a. L’église en ligne – De par nos rencontres en ligne, nous avons également dû nous interroger sur le sens de l’église. Est-ce que quelque chose nous manque lorsque nous nous réunissons en ligne ? Un aspect de la vie de l’église a-t-il été mis en valeur ?
b. Notre façon de lire l’Écriture – A-t-il fallu revoir ce que nous entendions par la protection et la sécurité de Dieu ? Une pandémie signifie-t-elle que le retour de Dieu est imminent, ou bien existe-t-il d’autres manières de considérer l’eschatologie ?
c. Les pratiques chrétiennes oubliées – Avons-nous négligé certaines formes de disciplines chrétiennes (p. ex. la lamentation) dans notre vie d’église ? Pourquoi et à quel prix ? Quelle est la relation entre le doute et la foi ?
d. Approfondir notre théologie – Comment conjuguer la bonté de Dieu avec la présence du mal et de la souffrance dans le monde ? Notre recherche collective d’un vaccin montre-t-elle une plus grande dépendance envers la science qu’envers Dieu ?

  1. Questions concernant les sociétés où nous vivons

a. Les effets de la pandémie – Si la pandémie ne fait pas de discrimination, affecte-t-elle certaines parties de notre société de façon disproportionnée ? Qu’est-ce que cela révèle sur les disparités dans notre société ?
b. Les problématiques cachées – Dans nos sociétés, quelles problématiques ont fait surface durant cette période ? (p. ex. les violences domestiques, la discrimination/stigmatisation raciale et ethnique)
c. Le leadership en crise – Quelle note donneriez-vous à ceux qui gouvernent votre société ? Quels composants clés du leadership ont manqué ? Comment ont-ils utilisé la pandémie à leurs propres fins politiques ?
d. Questions concernant les valeurs – Qu’est-ce que la pandémie a révélé sur le système de valeurs dans notre société ? Nous a-t-il fallu dépendre de portions de notre société que nous négligeons habituellement ? (p. ex. les vigiles, les éboueurs, les livreurs, les inspecteurs de la santé publique, etc.)
e. Questions concernant la structure de notre société – Avons-nous exclu l’environnement/les créatures non humaines de nos discussions touchant à la construction/au développement de la société ? Quelles limites sommes-nous prêts à nous mettre afin de vivre en meilleure harmonie avec le reste de la création ? Quels modèles sociaux/économiques doivent être questionnés ? Faut-il lancer un autre mouvement de Jubilé appelant à un moratoire sur la dette nationale ?

Yohan Abeynaike, SG FOCUS Sri Lanka

L’Interaction avec les Écritures & le contexte

Photo by Kyle Glenn on Unsplash

Dieu est un Dieu qui se révèle ; sa Parole est la révélation de sa personne et de ses plans pour son monde. Le fait que Dieu nous invite à le rencontrer, à le connaître et à l’aimer à travers les Écritures est merveilleux ! Tandis que nous répondons à cette invitation et interagissons avec lui par sa Parole, il est utile de reconnaître que nous sommes issus de divers peuples, époques et contextes. La façon dont nous approchons, considérons, interprétons, comprenons et relions sa Parole à nos vies est une question qu’il nous faut aborder avec foi et fidélité.

Considérez Actes 3.12-26 et 17.22-31 comme des exemples typiques d’une situation où le contexte et les questions des personnes sont pris au sérieux dans l’annonce de la bonne nouvelle.

Quand le groupe de travail s’est réuni pour réfléchir et discuter de ce sujet, nous avons pensé qu’il était important de se concentrer sur la façon dont notre contexte contemporain affecte la manière dont nous lisons, interprétons et mettons la Parole de Dieu en pratique. Nous le faisons dans la grande diversité de contextes dont nous venons, et où nous cherchons à être fidèles au Seigneur, « exposant avec droiture la parole de vérité » (2 Timothée 2.15) alors que Dieu transforme nos pensées, nos paroles et notre attitude à travers sa Parole et par son Esprit.

En encourageant une réflexion et un échange croissants au sein de notre union mondiale sur « l’Interaction avec les Écritures & le contexte », nous espérons mieux reconnaître nos angles morts : ces choses concernant Dieu, ses desseins ou nous-mêmes que nous ne voyons pas à cause du milieu où nous vivons/avons grandis. A travers l’apprentissage mutuel dans notre union, nous espérons éviter certains risques : une herméneutique sélective, déterminée par des questions définies par la culture, conduisant à l’ethnocentrisme et au relativisme ; ou un « emprisonnement »/des préjugés culturels menant à une mauvaise lecture des Écritures, allant jusqu’à en omettre des parties qui ne semblent pas pertinentes (à nos propres yeux). Pour un exemple extrême, voyez ce que le roi Jojakim a fait en Jérémie 36 !

Nous croyons qu’il est important de grandir dans notre manière d’interagir avec les Écritures selon nos époques et contextes, tout en devenant de plus en plus sensibles à la façon dont la Parole « lit » et interagit avec nous. Alors que nous lisons et « sommes lus », tandis que nous participons, Dieu nous transforme, ainsi que notre contexte/communauté.

Quand nous interagissons avec la Parole, nous croyons que c’est avec Dieu lui-même que nous interagissons dans les Écritures, avec Jésus, la parole vivante. On peut donc s’attendre à ce qu’il interagisse avec nous, une expérience qui nous changera à jamais, de même que nos communautés.

Nos différents contextes soulèvent diverses questions auxquelles nous devrions être attentifs dans notre interaction avec les Écritures. En même temps, la Parole de Dieu soulève souvent d’autres questions, ou donne des réponses auxquelles on ne s’attendait pas. L’Écriture révèle des plans et pose des questions que les gens ne soulèvent peut-être pas. En conséquence, interagir avec la Parole dérangera, interrogera et mettra souvent au défi ce qui est parfaitement accepté dans notre contexte.

Le lecteur de la Parole est donc non seulement mis au défi et transformé personnellement, mais aussi mis au défi de devenir acteur du changement et de la transformation dans le contexte et la communauté où il se trouve.

En fin de compte, quand nous nous consacrons sérieusement à l’étude de la Parole, cela devrait nous mener à découvrir le cœur et la pensée de Dieu pour notre monde : le Seigneur est un missionnaire qui transforme et réconcilie le monde avec lui-même par le Christ.

Nous prions que, lorsque nous faisons attention au contexte contemporain où nous vivons tous, nous grandissions pour devenir une meilleure communauté mondiale d’un point de vue herméneutique, qui apprend les uns des autres et rend fidèlement témoignage au Seigneur à travers le monde, selon chacun de nos contextes.

Coordinateur de l’Interaction avec les Écritures de l’IFES Eurasie (anonyme car dans un pays sensible) et Ricardo Borges (Secrétaire associé pour l’Interaction avec les Écritures)