« Je suis serviteur de la lumière qui ne s’éteint jamais. »

Le pèlerinage de David Bahena avec la Parole de Dieu

Je suis devenu chrétien à 16 ans et cela a transformé ma vie : j’étais rempli de joie et avais soudain un but dans la vie. En même temps, j’avais faim de lire la Bible et j’ai alors commencé mon cheminement avec les Écritures.

À COMPA (IFES en Mexique), j’ai appris comment étudier, partager et contextualiser la Parole de Dieu. Je fais partie de la génération qui a grandi en lisant la Bible de manière inductive et en participant à des ateliers animés par Ada Lum. Samuel Escobar, dans « Así leo la Biblia », décrit cette approche ainsi : « apprendre à observer le texte avec clarté pour interpréter son message et l’appliquer à nos vies personnelles. » Puis est venu le temps de partager la Parole avec mes amis étudiants à l’université. C’était une grande joie que de les voir rencontrer Jésus dans ces petits groupes et être transformés par la Parole de Dieu. De plus, en raison de la réalité que nous vivions en Amérique latine, on nous a appris comment l’appliquer à notre contexte. La Bible est pertinente au monde académique et à la réalité sociale, politique et financière de notre pays.

Après avoir servi en tant qu’équipier étudiant, nous sommes passés par un temps de sécheresse et de renouveau spirituel. Le personnel devait préparer tant d’ateliers, de prédications et d’études bibliques que nous courrions le risque d’exploiter la Bible comme un simple outil. Nous lisions et étudions la Parole de Dieu mais sans plus en être passionnés. C’était à tel point qu’après avoir servi en tant que Secrétaire général pendant trois ans, j’ai confessé à Douglas Stewart que je n’avais plus envie de lire la Bible ou de prier et que je ne comprenais pas ce qui se passait en moi. Dieu a ouvert un nouveau chemin spirituel de renouveau centré sur sa Parole. Cette nouvelle approche envers les Écritures comprenait de la méditation, de la prière et des retraites. Pendant ce temps, j’ai appris comment prier avec la Parole de Dieu et dans l’Esprit et, peu à peu, j’étais transformé et renouvelé.

L’appel sur ma vie a aussi été formé par les Écritures. Pendant l’été de 2003, à Cedar Campus, alors que Dieu restaurait notre mariage, on nous a invités à cultiver une spiritualité humble, enracinée dans la Bible et dans la puissance du Saint-Esprit (Matthieu 12.18-21). Bien des années plus tard, Dieu a rétabli mon sentiment d’identité, m’a aidé à voir que j’étais bien plus qu’un membre du personnel et m’a invité chez lui pour cultiver une spiritualité qui a fait de moi un meilleur parent, ami et citoyen (Jean 4.46-54). L’année dernière à Pasadena, Dieu nous a renouvelés une fois de plus et nous a donné du repos ; l’invitation était alors de cultiver une spiritualité qui s’épanouit dans l’adversité et le désert (1 Pierre 1.3-5). Dieu nous appelle à travailler aux côtés d’une génération de leaders émergents, de faciliter des rencontres avec le Seigneur qui sont centrées sur la Bible, d’être des modèles de leadership humble et transparent et de persévérer, même dans l’adversité.

David Bahena
David Bahena sert l’IFES en tant que Secrétaire régional pour l’Amérique latine

Surprise par Jésus

Avant, je croyais que la Bible était un vieux livre que personne ne lisait. Mais en octobre 2012, j’ai rencontré José, un diplômé chrétien qui est devenu un bon ami. Un jour, nous avons commencé à parler de la Bible. Pour moi, c’était un sujet très sensible. Je pensais qu’il fallait éviter de parler politique et religion pour avoir de bonnes relations avec les autres.

José m’a invitée à une étude biblique COMPA. J’en suis repartie avec encore plus de questions et de doutes qu’auparavant. José m’avait donné une Bible, mais je ne savais pas comment la lire. Je lui ai alors demandé de m’expliquer. Il a accepté et la semaine suivante, nous avons fait notre première étude biblique officielle.

BiblestudyMexicoL’approche d’étude de la Bible de COMPA Mexique ressemblait à la technique d’étude que j’utilisais en sciences. Ça m’a fait envie. J’étais étonnée d’apprendre qu’il est possible d’adopter une approche rationnelle face à la Bible.

J’ai été encore plus étonnée par la personne de Jésus. J’ai découvert une facette de Jésus que je ne connaissais pas ; j’ai rencontré un Jésus différent. Jusque-là, je pensais que Jésus était un personnage brillant de l’histoire de l’humanité parmi d’autres, le plus clairvoyant de son époque. Mais je ne savais pas qu’il avait un si grand cœur rempli d’amour. Je pensais que Jésus n’était qu’un être humain, mais j’ai découvert qu’il est Dieu.

La lecture de Jean 1 m’a particulièrement parlé. Quand j’ai lu ce passage pour la première fois, j’étais très perplexe : Comment Jésus peut-il être Dieu ? Comment peut-il être à la fois une personne comme moi et pleinement Dieu ? Ces questions m’ont donné envie d’en savoir plus.

En apprenant à connaître Jésus à travers d’autres histoires bibliques, j’ai commencé à comprendre. Ma vision du monde a changé et j’ai commencé à croire en un Dieu personnel. J’ai pris conscience de mon péché et des ténèbres en moi. Et le plus important : j’ai découvert l’amour de Dieu à travers la grâce et l’espérance qu’il nous donne en Jésus.

Je suis une scientifique. Avant de croire à quelque chose, je veux en être sûre. Si quelqu’un m’avait montré un miracle, je ne pense pas que j’y aurais cru. Mais j’aime lire ; j’aime les mots. Jésus est entré dans ma vie par sa Parole. J’ai découvert que toutes les preuves nécessaires pour croire en Jésus se trouvent là, dans la Bible, la Parole de Dieu. Début 2014, j’ai commencé un groupe d’étude biblique dans mon propre établissement (voir photo).

Sara Medina, étudiante en physique-chimie au Mexique
(sara.medinagom (at) gmail.com)

Cessez de courir

Nous sommes tous d’accord que c’est important. Nous continuons à faire tourner nos programmes, mais nous nous arrêterons rarement pour réfléchir, évaluer les choses et nous renouveler. L’Interaction avec les Écritures n’est généralement pas à l’ordre du jour ; le sujet n’est pas assez urgent.

Mais peut-être est-ce plus urgent que l’on croit. L’Interaction avec les Écritures ne gardera pas nécessairement sa place de choix au sein de l’IFES si nous nous contentons de faire ce que nous avons toujours fait. Nous devons identifier les défis d’aujourd’hui et les relever si nous voulons que cette génération d’étudiants puisse aimer, étudier, vivre et partager la Parole de Dieu.

En 2012, le mouvement mexicain s’est arrêté pour tenir une mini-consultation. Cette consultation d’une journée a réuni 27 équipiers, étudiants et bénévoles. Le programme comportait quatre sessions :

_Vivre dans la Parole. Comment pouvons-nous intégrer à notre vie personnelle l’écoute de la Parole de Dieu et la réponse que nous lui donnons ? Si nous voulons renforcer l’Interaction avec les Écritures au sein de nos mouvements, nous devons commencer par notre vie personnelle.

_Renforcer nos convictions. Nous présumons souvent que nos étudiants ont certaines convictions, mais l’expérience nous prouve parfois le contraire. Que pensent-ils de la Bible et quel est son impact sur leur vie ? Les étudiants se réfèrent-ils à la Bible lorsqu’ils réfléchissent aux questions d’actualité comme la sexualité, les valeurs, l’injustice ? Comment pouvons-nous renforcer cela ?

_Découvrir des opportunités. Lors de cet atelier intéressant et créatif, chaque participant a fait part d’une expérience ou d’une idée qui fonctionnait bien dans son groupe.

_La voie à suivre. Des mesures concrètes à prendre après la consultation ont été identifiées.

Chaque session durait deux heures. Il y avait à la fois du temps pour travailler en petits groupes et pour partager et discuter des résultats en séance plénière. Les participants se sont préparés à la consultation en réfléchissant au rapport de la consultation mondiale de l’IFES pour l’Interaction avec les Écritures et en apportant une idée à partager.

Lors de cette consultation, certains défis ont été identifiés, de nouvelles idées ont été partagées et de nombreux membres du personnel ont décidé de mettre l’accent sur l’Interaction avec les Écritures dans leur ministère. Quelques projets pour l’avenir :

  • aborder les sujets d’actualité mondiaux à la lumière des Écritures
  • promouvoir des moyens publics et innovants d’interagir avec les Écritures à l’Université
  • étudier des livres bibliques (entiers) à toutes les conférences – tirés de différentes parties de la Bible
  • développer un réseau national qui poursuivra le travail de renforcement de l’Interaction avec les Écritures.

Pour plus de détails, vous pouvez contacter Ana Miriam Peralta, équipière régionale de COMPA Mexique et codirigeante de la consultation : anamiriam (at) compa.mx.

Il existe d’autres façons de s’arrêter et de réfléchir. L’année dernière, les mouvements de l’IFES en Asie de l’Est ont organisé une conférence régionale de six jours sur l’Interaction avec les Écritures. D’autres mouvements ont inclus à leurs programmes réguliers des séances de réflexion sur différents aspects de l’Interaction avec les Écritures.

Cessez de courir. Il se pourrait que cela ne vous amène pas où vous souhaitez aller.

Sabine Kalthoff