L’Interaction avec les Écritures : Pouvoir, poésie et peuple en Asie du Sud  

« Édifie-moi, Seigneur, garde-moi fermement enraciné
Afin que la vérité que j’ai trouvée ne se dilue pas
Fais-moi abonder en grâce et en sagesse
Afin que je ne cède pas à un système terrestre
Seigneur, fortifie-moi, fais-moi aller plus loin et plus profond,
Établis mes pas, afin que je sois un gardien de la voie. »

[Extrait d’un poème de ST – Œuvre artistique de Timaandra Wijesuriya]

Vous reconnaissez peut-être les versets qui ont inspiré ST pour ce poème !

ST est membre du réseau des multiplicateurs de l’Interaction avec les Écritures, qui se compose d’équipiers du ministère étudiant et de diplômés bénévoles. Ensemble, nous explorons la manière dont Dieu interagit avec les cœurs et les esprits des Sud-asiatiques par sa Parole.

Lors d’une récente réunion du réseau, nous avons réfléchi à la lettre de Paul aux Colossiens et à son impact sur nous aujourd’hui. Dans cette lettre, nous avons remarqué les thèmes sous-jacents du pouvoir et de la sagesse, ainsi que la manière dont Paul aide la petite communauté chrétienne de Colosse à reconnaitre en Jésus la vraie source de pouvoir et de sagesse.

Cela a lancé une discussion pour savoir où se situait le pouvoir dans la société sud-asiatique (entités politiques, relations familiales, structures sociales, souvenirs et interprétations de l’histoire, etc.) et comment nous pouvions témoigner de Jésus et du Royaume de Dieu au sein de cette réalité.

Nous reconnaissons qu’il est important de laisser la parole de Dieu demeurer parmi nous dans un contexte fraternel (Colossiens 3.16) et que Dieu utilise ces conversations pour révéler les failles dans nos communautés, ainsi que dans les domaines de notre vie personnelle qui ont besoin d’être transformés.

Pour les chrétiens d’Asie du Sud (qui forment de petites communautés minoritaires dans leurs pays respectifs), cette expérience s’est révélée à la fois éprouvante et encourageante. Dans des cultures de honte et de violence, aborder des problématiques personnelles et communautaires est un défi. Cependant, le témoignage de Paul, que l’emprisonnement par les autorités romaines n’a pas empêché de proclamer la royauté universelle de Jésus, nous a profondément encouragés.

Comme le montre le poème de ST, lui-même inspiré de la lettre de Paul aux Colossiens, la Parole vivante de Dieu continue de nous parler et de nous servir dans nos diverses situations.

Durant l’année à venir, les multiplicateurs de l’Interaction avec les Écritures espèrent continuer à se réunir, à réfléchir ainsi qu’à écouter la direction de Dieu à travers sa Parole. Dans nos rencontres, nous souhaitons passer du temps à explorer l’interaction avec les Écritures en termes de :

• Créativité : explorer l’interaction entre les Écritures et l’expression artistique (poésie, chant, danse, théâtre, médias numériques, etc.).
• Formation spirituelle : explorer comment les Écritures nous conduisent vers une plus grande intimité avec Dieu et maturité en Christ.
• L’interaction contextuelle : explorer comment les Écritures abordent les questions présentes dans les sociétés et les mentalités sud-asiatiques.

Nous apprécierions vos prières alors que nous franchissons ces prochaines étapes ensemble… et nous vous encourageons à participer à ce voyage en lisant Colossiens dans votre contexte !

Yohan Abeynaike
Responsable de l’Interaction avec les Écritures – IFES Asie du Sud

Faire interagir avec la Parole les personnes en recherche

Quand Zhenya s’est rendue à une cérémonie de remise de diplômes dans la capitale de son pays en Eurasie, elle a remarqué la présence de centaines d’étudiants internationaux. Ils avaient vécu là pendant 5 ans et s’apprêtaient maintenant à s’en aller, probablement sans avoir entendu l’Évangile…

Son désir de leur transmettre la bonne nouvelle de Jésus semblait être un but inatteignable. Cependant, 12 ans plus tard, grâce à la direction et à la provision du Seigneur, un ministère florissant parmi les étudiants internationaux existe aujourd’hui, y compris les étudiants d’autres pays sensibles.

Au cœur de ce ministère résident l’hospitalité et la Parole de Dieu.
J’ai posé à Zhenya quelques questions pour nous permettre d’en savoir plus :

1. Comment est-ce que tu étudies la Bible avec les étudiants internationaux ?

Nous avons maintenant entre 25 et 40 étudiants qui s’entassent dans un petit appartement chaque semaine : nous cuisinons ensemble, mangeons et étudions les Écritures. C’est très important que les étudiants se sentent en sécurité et puissent poser leurs questions, débattre et aussi être en désaccord avec respect dans un contexte d’amitié.

Pour nos études bibliques inductives, le passage est imprimé dans toutes les langues des étudiants qui participent et cela rend la Parole accessible à tous. Après que le ou la responsable principal(e) a posé des questions sur le texte, nous nous scindons en petits groupes (basés sur les langues) avec des responsables étudiants pour aider à animer la discussion.

C’est très important de poser des questions. Le ou la responsable doit poser de bonnes questions qui guident tout le monde à travers le passage, et les étudiants doivent pouvoir poser leurs questions sur le texte, découvrir par eux-mêmes ce qui s’y trouve et être poussés à continuer de chercher !

2. Au fil des ans, qu’est-ce qui s’est révélé important selon toi dans l’étude de la Parole avec des étudiants issus de contextes culturels différents ?

Je dirais qu’il y a trois choses principales :

a. Les histoires. Les étudiants apprennent à travers les histoires ! Nous étudions surtout les Évangiles et, parfois, des histoires de l’Ancien Testament sur les « héros ». La tâche principale consiste à laisser le texte parler par lui-même et à permettre aux étudiants de rencontrer Jésus.

b. Les aides visuelles. Dans un environnement multilingue et multiculturel, c’est très important de visualiser une histoire. Par exemple : des vidéos qui illustrent le récit, des étudiants qui jouent le passage, dessiner des images et raconter l’histoire.

c. De bonnes applications de la vraie vie : les responsables doivent bien guider les étudiants en utilisant ce qu’ils ont dit et en les aidant à voir ce que les passages signifient dans leurs expériences de vie.

3. Aurais-tu un témoignage sur la façon dont Dieu a touché un(e) étudiant(e) en particulier ?

Il y a par exemple « Maria », qui vient d’un petit pays musulman. Selon ses propres mots, « Maria » pensait déjà connaitre la vérité et elle avait de la curiosité envers ses amis chrétiens qui croyaient de tout leur cœur en Jésus. Tout en croyant encore à son dieu, elle a commencé à découvrir la vérité de Jésus en participant aux études bibliques. Mais après deux ans, elle a réalisé qu’elle croyait en un dieu et en étudiait un autre… et « Maria » savait qu’elle ne pouvait pas rester indéfiniment dans l’entre-deux.

Semaine après semaine, elle continuait à en découvrir plus sur Jésus à travers les Écritures, jusqu’à ce qu’elle commence à le suivre.

En réfléchissant à Jean 10, elle témoigne :

« J’ai pu entendre la voix du Bon Berger… et il m’a guidée vers cette décision. »

Paula
Secrétaire associée de l’IFES pour l’Interaction avec les Écritures

Réagir aux défis de notre monde

Ricardo Borges, Secrétaire de l’IFES pour l’Interaction avec les Écritures, interviewe Wilson Kiuna du Kenya, membre du réseau international des multiplicateurs de l’Interaction avec les Écritures de l’IFES.

Ricardo et Wilson

Ricardo et Wilson

Pourquoi est-ce important d’interroger les Écritures en vue des défis que nous rencontrons dans ce monde, telles que les questions politiques ?

Nous devons interroger les Écritures surtout parce que la Bible est la révélation de la perspective de Dieu sur toute notre réalité : elles indiquent comment le peuple de Dieu doit vivre, interpréter et débattre des questions et des défis de la vie quotidienne – en tout temps, tout lieu et toute culture (Deut. 32.47 ; 2 Tim 3.16-17). Je remarque aussi dans la Bible une vérité qui me rend humble : le Dieu tout-puissant, qui demeure dans une lumière inaccessible, nous invite pourtant à dialoguer avec Lui au milieu de nos luttes bien réelles. Dieu est suffisamment grand pour entendre nos doutes, nos inquiétudes, nos craintes et nos frustrations. Cela inclut certainement le traumatisme d’une réalité socioéconomique et politique brisée, comme l’illustre Gédéon (p. ex. Juges 6.13).

Comment interroger au mieux les Écritures ?

Nous devons d’abord comprendre le contexte dans lequel vivaient les communautés de la foi dans la Bible ; comment elles interprétaient leurs propres défis, le genre de questions qu’elles posaient – et cela à la lumière de la grande histoire que Dieu présente dans la Bible. Ainsi, en employant tous nos sens, nous pouvons essayer de nous immerger dans leur chagrin et leurs lamentations, dans leurs joies et leur espérance. Deuxièmement, nous devons étudier les Écritures en communauté, avec d’autres personnes donc, en ayant les pieds bien ancrés dans les réalités de notre époque. Cela illumine et approfondit notre vision.

La Bible est très vaste et Dieu nous communique sa révélation dans une grande diversité de contenus dans des formats différents. Comment donc savoir où chercher les réponses aux questions que nous posons ?

Je crois qu’il est essentiel d’affirmer que TOUTE L’ECRITURE est inspirée de Dieu et utile pour toute la vie (2 Tim. 3.16-17) – y compris les éléments inopportuns, tels que les déclarations fiscales ! L’entièreté de l’histoire biblique est reliée par une unité théologique centrale qui indique et trouve enfin son accomplissement en Jésus Christ (Jean 5.39 sqq.). Ainsi, nous ne cherchons donc pas des réponses à nos questions pour satisfaire notre curiosité intellectuelle mais pour répondre avec obéissance à l’invitation personnelle de Jésus lui-même « de venir à lui recevoir la vie » (Jean 5.40). Nous abordons donc cette quête en demandant avec humilité d’être illuminés et guidés et, peu importe notre point de départ dans l’étude de la Bible, que le Saint-Esprit, notre fidèle enseignant, « ouvre mes yeux pour que je voie de ta Loi les merveilles » (Ps. 119.18).

Quel est l’intérêt de poser ces questions avec des personnes différentes de nous ?

Je crois que cette pratique nous aide à apprécier notre « union dans le besoin » en tant que peuple de Dieu : quelle que soit notre diversité culturelle, de genre, socioéconomique ou autre, nous avons tous tellement besoin de la grâce de Dieu ! Deuxièmement, cette pratique enrichit notre discernement des vérités bibliques par le partage de ressources et outils herméneutiques issus d’autres cultures, d’expériences vécues (expressions, histoires ou anecdotes culturelles, etc.) et d’illustrations de l’application des Écritures dans la vraie vie. Troisièmement, cela a un aspect « rédempteur » car nous remettons ainsi en question nos angles morts personnels et culturels qui ont souvent tendance à frustrer notre interaction avec les Écritures.

Comment répondre aux questions que les Écritures nous posent à leur tour ?

Je crois qu’à chaque fois que les Écritures nous interrogent, c’est un acte rédempteur de la miséricorde de Dieu – surtout lorsque les questions soulignent nos différentes failles. Elles nous invitent souvent à un auto-examen et à nous réaligner (Ps. 139.23-24). Cet aspect transformateur exige que nous cultivions un esprit contrit et enseignable (Ps. 32.8-10) et la diligence ‘béréenne’ qui examinait les Écritures en communauté (Actes 17.11).

Notre questionnement mutuel avec les Écritures

point d'interrogation

Photo by Matt Walsh on Unsplash

J’ai toujours été fasciné par les questions que nous posons et qui nous sont posées lorsque nous dialoguons avec le Seigneur à travers les Écritures. Parmi celles-ci, je compte les petites et grandes questions de notre époque posées par ceux qui nous entourent, ainsi que la manière dont les Écritures elles-mêmes nous remettent en question et nous transforment.

C’est peut-être la raison pour laquelle j’ai bien aimé un exercice récemment entrepris par nos amis de l’IFES Asie de l’Est. À travers une série de vidéos, des membres du personnel de différents mouvements sont exposés à un texte tiré des Écritures et invités à poser les questions que ce texte provoque chez eux. Je crois que cela nous aide à reconnaître un point important dont nous passons souvent outre : notre manière d’aborder les Écritures, notre identité et notre situation géographique ont toutes un impact sur notre réponse. Autrement dit, le contexte est important.

Nos conditions de vie, notre arrière-plan et même notre âge et notre genre ont tous une influence sur comment nous lisons la Parole de Dieu. Il me semble que si nous étions plus attentifs à ce fait, nous profiterions plus de la diversité de la communauté avec laquelle nous étudions les Écritures. Les différentes perspectives et questions nous aideraient à être conscients et ouverts à la manière dont le Saint-Esprit communique sa Parole.

Faire attention à ces nuances nous permettrait aussi d’être plus efficaces dans notre témoignage. Je crois que les personnes religieuses, qu’il s’agisse de chrétiens matures ou de personnes intéressées par l’aspect spirituel, posent des questions qui sont très différentes de celles posées par un athée ou un agnostique. Par exemple, lorsque j’étudie le texte de la Bible, les questions que je pose ne seront probablement pas les mêmes que celles que poserait quelqu’un issu d’une autre tradition religieuse ou qui aurait une philosophie non-religieuse. Mais ce n’est pas pour autant que je devrais les négliger, ni chercher une réponse rapide ; je ne dois pas non plus prétendre qu’une telle personne ne pose pas la « bonne » question au texte biblique. Au contraire, il est légitime et convenable d’écouter attentivement et de chercher à comprendre les questions qu’elle apporte aux Écritures.

De même, nous devons toujours faire attention lorsque les Écritures nous demandent quelque chose – surtout si ce questionnement nous dérange, nous remet en question ou nous embête. Ce sont les questions dont nous nous rappelons après notre lecture de la Bible et celles pour lesquelles nous n’avons pas de réponse facile qui ont généralement le potentiel de nous transformer le plus. Elles ébranlent les fondations de nos présuppositions, qu’elles soient fondées sur notre propre opinion ou sur une tradition plus générale. C’est ainsi qu’elles nous révèlent plus de l’autorité de la voix de Dieu. Et c’est cette voix, qui parle à travers les Écritures, qui provoque le changement. Les questions amènent la vie et nous ne devrions pas en avoir peur.

Ricardo Borges, Secrétaire de l’IFES pour l’Interaction avec les Écritures.

Poser à Dieu des questions honnêtes : la souffrance de Job

« Qui est Dieu ? Est-ce qu’il compte ? Est-ce qu’il se soucie de nous ? »

Ces questions simples en apparence pourraient être les plus profondes jamais posées par des étudiants…

Job - des questions honnêtes à Dieu

[Œuvre de Fercho Vera, Équateur]

J’ai grandi dans une famille de pasteurs. Dieu faisait partie de notre vie quotidienne. Je le connaissais et j’avais eu de puissantes expériences avec lui dans mon enfance. Mais pendant mes années d’étude à l’université, j’ai connu une crise dans ma foi lors d’une période de souffrance et de perte personnelles.

Un jour, une amie que j’avais invitée à participer à notre étude biblique m’a dit : « Je ne veux pas m’approcher de Dieu. J’ai peur de lui à cause de la manière dont il a traité Job dans la Bible. » Sans réponse concrète, j’ai conclu qu’elle ne connaissait pas du tout Dieu. Mais, moi aussi, j’avais exactement les mêmes questions : « Qui est Dieu ? Est-ce qu’il compte ? Est-ce qu’il se soucie de nous ? »

Le livre de Job semble être un livre qui demande à son lecteur d’avoir pris RDV à l’avance ! Mon voyage avec Job s’est intensifié l’année dernière lorsque j’ai été invitée par le GBUCh, le mouvement étudiant chilien, à préparer trois messages pour leur conférence étudiante nationale en ligne.

J’ai d’abord lu le livre trois fois en priant pour que tout préjugé et toute connaissance préalable n’entrave pas le processus permettant de connaitre Dieu plus profondément à travers ce livre. En lisant encore (et encore) Job, je continuais à me demander : « Où se trouve Dieu dans l’ensemble du récit ? Qu’est-ce que l’auteur nous dit à son sujet ? » Il me restait encore beaucoup de questions, mais aussi un sentiment d’émerveillement et d’adoration.

En pensant à l’amie qui avait été effrayée par le comportement de Dieu dans Job, j’ai préparé des messages axés sur les chapitres 1, 19, 28 et 42 qui, selon moi, offrent de nombreux trésors à chérir sur le caractère divin. Nous, les lecteurs, sommes embarqués dans un voyage. Tout d’abord, nous assistons à une déclaration concernant le caractère de Dieu et son amour pour Job (Job 1), avant d’être confrontés au bouleversement et à l’inconfort de la souffrance du personnage, dont l’écho se retrouve dans son cri de lamentation angoissé (Job 19). Enfin, ces scènes culminent dans la belle image de Dieu en tant que rédempteur, celui qui donne la vie, et on nous le présente comme la personnification de la sagesse (Job 28). À la fin, non sans difficulté pour Job ou notre propre compréhension du texte, nous voyons un Dieu qui restaure et qui apporte une vie nouvelle (Job 42).

J’ai marché dans la souffrance et la joie avec du personnel et des étudiants du Chili, de l’Équateur et, plus récemment, du Nord du Mexique tandis que nous cheminions à travers Job. Ces voyages ont mené des étudiants vers des moments de réconciliation avec Dieu. L’un des participants a déclaré :

« Dieu m’a surpris… J’ai découvert la spiritualité de quelqu’un qui aime Dieu profondément, Dieu le merveilleux Créateur, qui nous aime profondément malgré toute la souffrance qu’il permet dans nos vies. Le livre de Job m’a guidé vers un autre niveau de relation avec Dieu, une vie de prière honnête et d’attente… »

Ana Miriam Peralta, équipière avec le COMPA et membre de l’équipe internationale de l’Interaction avec les Écritures

 

Interagir avec l’Écriture et Dieu en période de guerre

[Une bonne amie ukrainienne de notre réseau de multiplicateurs de l’Interaction avec les Écritures partage quelques réflexions.
Elle marche fidèlement aux côtés d’étudiants et de membres du personnel en étudiant la Bible avec eux. Ensemble, ils prennent soin des réfugiés du conflit.]

buissons en fleurs et jonquilles Lors d’une récente visite rendue à ma mère, nous ne pouvions détacher nos regards des buissons en fleurs et des jonquilles que Dieu semblait avoir éparpillés partout, apportant ainsi sa lumière dans les ténèbres.
(photo de L.S.)

C’était un bon rappel du fait que la lumière de Dieu a déjà éradiqué les ténèbres et qu’il continue d’être à l’œuvre dans notre monde. C’est cette vérité que nous avons besoin de vivre dans la réalité de notre quotidien, dans ce pays.

Le 24 février, les gens de Kharkiv, Kiev, ainsi que d’autres villes et villages se sont réveillés au son du bombardement de leurs maisons. Dans les jours et les mois suivants, beaucoup d’innocents ont souffert de manières inimaginables. Des hommes, des femmes et des enfants de tous âges ont été tués ou sont devenus sans abris. Ils portent avec eux les cicatrices d’innombrables horreurs : mères de famille comme soldats.

Banlieue de Kiev (photo de M.M).

Cinq millions de personnes ont quitté leurs maisons en recherchant la sécurité. En entendant les histoires de destruction et de brutalité de la part des réfugiés qui arrivaient à Kiev, nous étions choqués et en colère. Nous pleurions et criions à Dieu avec tant de questions.

Juste avant Pâques, je me suis réveillée en proie à une soudaine crise d’angoisse. J’ai tenté de me rendormir, mais toutes mes inquiétudes se sont intensifiées : et si notre maison était bombardée et que nous devions fuir, où irions-nous ? Et si mes fils et mon mari étaient appelés au combat ? Et si des gens étaient assassinés dans notre ville ? Et si la paix n’arrivait pas bientôt ?

Ce jour-là, j’ai passé un long moment à parler à Dieu en silence.

J’ai réfléchi à la dernière conversation que Jésus avait eue avec ses disciples en Jean 13-14, lorsqu’il a annoncé qu’il devait les quitter.

En lisant les questions des disciples, je pouvais presque ressentir leur panique.

Pendant trois ans, ils avaient été ensemble, mangeant, riant et voyant les miracles de Jésus. Ils avaient écouté ses enseignements, connu sa puissance. Puis, soudain, Jésus allait les laisser… seuls.

En proie à l’anxiété de se retrouver sans leur Maitre, Guérisseur, Enseignant et Prophète, les disciples se sont demandés comment ils allaient faire. Alors, ils lui ont demandé où il allait et s’ils pouvaient le suivre. On pourrait dire qu’ils avaient également une crise d’angoisse.

« Ayez foi en Dieu, ayez aussi foi en moi » (Jean 14.1 ; voir aussi Jean 14.11-12).

Ce matin-là, je pouvais presque voir Jésus me tenir la main et entendre sa voix me dire : « Non, tu ne comprends pas toute cette souffrance autour de toi, la brutalité et la destruction que ton peuple connait, mais crois-moi, crois simplement en moi. »

Je continue à voir Dieu apaiser mon esprit et calmer mon cœur troublé avec grâce. Il me donne la force de continuer à marcher sur le chemin qu’il a tracé pour moi. Je n’en connais pas la fin, je lui fais simplement confiance.

Désapprendre et apprendre avec Paul

Pour la plupart d’entre nous dans le contexte africain, la prière et le recueillement sont un aspect indispensable de notre spiritualité. Nous prions et nous nous tournons vers Dieu pour toute chose, qu’il s’agisse de notre santé, de l’emploi, ou de prêts bancaires. Nous ne négligeons rien et ne laissons rien au hasard, car bien souvent nous ne pouvons pas compter sur nos systèmes !

Pourtant, aussi appliqués que nous soyons dans la prière, certaines de nos prières ne sont qu’une expression d’inquiétude. Leur contenu est étranger au langage et à la mentalité de la Bible. La même chose peut être dite de l’attitude de nos prières et des personnes qui les expriment. Elles sont souvent motivées par la peur et par le désir de manipuler tout ce qui est spirituel à notre avantage.

Voici quelques-unes des prières de Paul sur lesquelles nous nous sommes penchés lors d’une récente rencontre avec les équipiers de l’ESWAFES, le mouvement à Eswatini :

1) Paul remercie Dieu pour son peuple (p. ex. Romains 1:8-10, 1 Corinthiens 1:4, Éphésiens 1:16, Philippiens 1:3-4, Colossiens 1:3, etc.).

2) Paul demande à Dieu de leur accorder sa sagesse et sa connaissance (p. ex. Éphésiens 1:17, Éphésiens 1:18, Romains 15:13).

3) Paul demande aux gens de prier pour lui (p. ex. 2 Th. 3:1-2, Phil 1:22) et pour de nombreuses autres choses.

En considérant les prières de Paul dans le cadre de ces études, nous avons constaté que nous avions beaucoup à apprendre et à désapprendre. Nous devons désapprendre bien des pratiques auxquelles la prière a été associée dans notre contexte, tout comme les disciples devaient prier différemment des hypocrites et des païens dans leur contexte (Matthieu 6:5-8).

Voici quelques-unes des choses à désapprendre :

a) Dieu n’est pas un coursier que nous envoyons à droite et à gauche à notre guise par le biais de la prière.

b) La prière n’est pas une arme que nous utilisons pour changer l’avis de Dieu et accomplir notre volonté.

c) La prière transcende notre égocentrisme ; elle n’est pas centrée sur nous.

Ce sont des choses très difficiles à désapprendre car elles font partie de notre économie de la prière depuis aussi longtemps que notre salut et celui de nos pionniers ! Grâce à Dieu, les prières de Paul permettent de tirer de nombreux enseignements vitaux, dont les suivants :

(a) Les priorités de Dieu doivent devenir nos priorités dans la prière.

(b) La souveraineté de Dieu sur les affaires des hommes et sur sa création sont le fondement de notre confiance dans la prière.

(c) La soumission à la souveraineté de Dieu est la motivation ultime de toute vie de prière.

Pour entreprendre une réflexion sur la prière, je nous invite tous à examiner quelques-unes des grandes prières que les femmes et les hommes de Dieu ont faites dans la Bible. Essayons d’en tirer des enseignements. Les prières de Paul sont un merveilleux recueil pour les chrétiens d’aujourd’hui !

Mukululi Ncube, équipier de l’ESWAFES chargé de relancer le travail pionnier et membre de l’équipe internationale d’interaction avec les Écritures de l’IFES.

La Bible dans ma vie

La Bible est une lampe à nos pieds et une lumière sur notre sentier. Elle est un remède pour l’âme ; elle est le souffle de Dieu lui-même. À travers elle, Dieu interpelle et réconforte, reprend et restaure, exhorte et encourage. Elle est, dans son ensemble, la révélation de la vérité de Dieu à notre intention.

Pourtant, il peut arriver que la Bible soit mal utilisée. D’où l’importance de l’excellente discipline d’étude inductive de la Bible que propose l’IFES : apprendre à comprendre les Écritures sur leur propre terrain ; respecter le contexte et obéir au message, aussi inconfortable que cela puisse être.

L’étude de la Bible peut également trop facilement devenir un exercice abstrait. C’est pourquoi j’aime le fait que l’une des valeurs fondamentales de l’IFES n’est pas uniquement « la Bible », mais « l’interaction avec les Écritures ». Toute étude biblique ne doit pas ultimement et essentiellement être centrée sur nous, mais sur Dieu, son caractère et son invitation à nous plonger dans cette sainte révélation pour apprendre à mieux le connaître.

Lorsque Darrell Johnson a été interviewé à l’Assemblée mondiale 2015, il a expliqué comment, avant de lire un passage pour se préparer à prêcher, il se posait toujours la question suivante (en référence au Cantique des Cantiques) : « que me dit ce passage au sujet de celui que mon cœur aime ? ». Nous devrions tous nous poser cette question lorsque nous ouvrons les Écritures, que nous soyons prédicateur ou responsable d’étude biblique, ou pas.

Personnellement, ma relation avec les Écritures est passée par plusieurs étapes. J’ai eu le privilège qu’on me l’enseigne lorsque j’étais enfant, assis aux pieds de mes parents. J’étais un auditeur fasciné ; c’était une histoire pour moi au moment du coucher. À l’adolescence, lorsque j’ai consacré ma vie à Christ et que je lisais la Bible régulièrement comme une discipline spirituelle, je la considérais comme une histoire qui m’était adressée ; un ensemble d’exhortations qui m’aidaient à vivre une véritable vie de disciple.

En grandissant dans la foi, j’ai compris qu’il s’agissait d’une histoire qui me parlait de moi ; à travers la vie de ses héros imparfaits, j’ai clairement vu mes défauts, et je me suis émerveillé de la suffisance du Christ qui couvrait mes péchés. Alors que je l’étudiais de manière plus approfondie au séminaire, et que je me consacrais au ministère de la prédication, elle est devenue (pas toujours pour le mieux) une histoire de ma part ; des vérités que je me sentais chargé de transmettre aux autres. J’ai fini par me rendre compte que toutes ces perceptions devaient être réunies et, à mesure que je saisissais plus fermement la profondeur de la grâce de Dieu, elles sont devenues une histoire qui grandissait en moi. Lorsque j’interagis avec les Écritures, l’Esprit qui a inspiré ces auteurs est le même Esprit qui me convainc et me transforme. C’est un chemin sur lequel je suis encore en train d’avancer, et si je le peux, j’aimerais en embarquer d’autres avec moi.

David Montgomery, secrétaire régional de l’IFES Europe.

Art & Monde : Une approche créative

Photo de Ruth Tobar, auteur de l'article

Depuis 2016, le CECE Équateur cherche des moyens de promouvoir des espaces et des processus pour créer un dialogue entre la foi et l’art. Ces espaces ont été mis en place lors de camps nationaux, d’événements tels que Formación et font partie des ressources d’études bibliques utilisées chaque semestre sur le campus. L’objectif principal est de créer un lien entre un passage des Écritures et l’art visuel, afin que la Parole de Dieu devienne plus réelle et change la vie des étudiants. Parfois, cela se traduit par la création d’une œuvre d’art en réponse au texte; et dans d’autres occasions, le texte peut emmener à réfléchir sur une œuvre d’art déjà existante. Nous avons remarqué que cette approche était importante, et que de nombreux étudiants en avaient besoin. Nous avons également réalisé que, pour certaines personnes, les éléments visuels sont essentiels lorsqu’elles interagissent avec les Écritures, tout comme la lecture du texte à haute voix.

Notre objectif est également d’offrir une formation à l’art et à la foi, de refléter le caractère de Dieu en tant que Créateur et d’utiliser l’art dans la grande histoire de Dieu et la réconciliation de toute la création.

Durant la pandémie, nous avons organisé plusieurs ateliers et présenté une exposition en ligne créée par des étudiants, sur un dialogue avec Deutéronome. D’autres ateliers que nous avons organisés ont abordé des thèmes tels que l’art de la création, la vocation d’artiste, la justice et l’art, et une célébration de l’Avent en intégrant des éléments d’art et de liturgie.

Nous voulons également susciter la curiosité des gens et encourager les discussions avec des étudiants qui ne sont pas chrétiens. Nous désirons utiliser l’art pour créer des espaces où les personnes peuvent interagir avec l’Évangile, non seulement en écoutant mais aussi en regardant. C’est formidable de voir des artistes aux capacités diverses prendre part à ce dialogue et de constater l’impact qu’il a sur leurs vies grâce au lien entre les Écritures et l’art.

Voici deux exemples d’art visuel créés comme un dialogue entre deux passages des Écritures dans le livre d’Actes et de Deutéronome. Nous vous donnons également le lien vers notre site web (en espagnol), où vous pourrez en apprendre davantage sur ce processus créatif avec une approche théologique, du point de vue d’étudiants universitaires.

Artiste : Kerly Cando

Titre : La Verdadera Iglesia (La véritable Église)

Passage de la Bible dans le dialogue : Actes 10, lors du camp national du CECE en mars 2021.

Le lien : ici

Œuvre d'art réalisée par les élèves, présentant Jésus à table avec de nombreuses personnes vêtues de costumes de la culture locale, avec des enfants et une personne en fauteuil roulant.

Artiste : Juan Esteban Vásquez

Titre : Tierra de Todos (Le pays de tout le monde)

Passage de la Bible dans le dialogue : Deutéronome 23, après l’événement des étudiants Formación en septembre 2020

Le lien : ici

Image avec un fond noir, avec des points de lumière dessinant : un ciel étoilé, la silhouette d'une femme, à gauche des choses jetées, sur le sol, et à droite l'image de l'intérieur d'un temple.

Ruth Tobar, conseillère pastorale et membre de l’équipe Dialogue entre la Foi et l’Art du CECE.

Se recentrer grâce aux retraites

Deux femmes de l'équipe du personnel dans un environnement agréable, en plein air, avec une guitare, en chantant, et avec des livres sur une table à côté.

Au début de l’été 2019, j’ai eu l’occasion de participer à la retraite du personnel européen de l’IFES. Le timing était parfait pour moi car j’avais commencé un congé sabbatique de trois mois à cette même période. La retraite m’aida à aborder le congé sabbatique en me centrant sur Jésus, m’étant déjà engagée dans une période de réflexion sur les mois précédents.

L’Interaction avec les Écritures m’a beaucoup aidée à apprendre de nouvelles choses. Pour moi, la retraite était un espace tout à fait sûr où je pouvais réfléchir et interagir et, comme je suis de nature à apprendre, j’étais fascinée par de nombreux aspects de la retraite. Je dirais que ce qui m’a le plus impactée était l’équilibre entre le temps passé seule avec Dieu et le temps avec d’autres, en communauté. C’était un mélange sain de méditation sur la Parole, de prière et d’apprentissage communautaire.

Ayant vécu un tel privilège, je souhaitais le partager avec d’autres. En vue du rôle important joué par ce genre de retraite dans ma compréhension du repos et de la réflexion, je décidai d’inviter une amie qui travaille aussi dans le ministère à se joindre à moi pour notre propre retraite de quatre jours dans la campagne tchèque. Depuis, c’est devenu pour nous une tradition et nous avons aussi tous deux initié d’autres amis au concept des retraites.

Nous voulûmes parfaitement recréer pour nos retraites tchèques ce mélange crucial de solitude et de communauté dont j’avais fait l’expérience lors de la retraite du personnel européen de l’IFES. Notre modèle est qu’après une discussion et de la prière, nous choisissons un thème. Les thèmes que nous avons abordés lors de nos retraites incluent « La prière », « Du deuil à la danse », « Savoir que je suis aimé » et « La résilience dans les temps de crise » et d’autres encore. Nous commençons chaque jour avec une Lectio Divina en solitaire et nous partageons ensuite notre expérience dans les Écritures. Nous passons généralement les après-midis dans la réflexion (calendrier, réflexion thématique), à faire des randonnées ou encore du travail manuel.

Ces retraites sont rapidement devenues mon mode de repos et de vacances préféré. Elles m’aident avec les disciplines spirituelles dans la vie, me donnent plus de clarté sur l’histoire de Dieu dans ma vie et approfondissent mes relations avec ceux qui m’accompagnent dans la retraite. Mon amie Ráchel m’a même dit qu’elle ne pouvait s’imaginer de meilleures vacances en tant qu’équipière du ministère. Je suis d’accord avec elle. En tant qu’équipière du ministère, il me semble courir le risque de passer du temps avec Dieu uniquement afin de réussir dans ledit ministère, de parler « affaires » avec Dieu, plutôt que de développer une relation authentique. Je coure le risque d’exercer le ministère en « faisant » plutôt qu’en « étant ». De telles retraites m’aident à ne pas tomber dans ces pièges mais de marcher avec Dieu et d’exercer mon ministère plus judicieusement.

Eva Petržilková, équipière de l’UKH (IFES République tchèque)