Archives par étiquette : multiplication

Une étude biblique qui s’est beaucoup multipliée

En tant qu’étudiante, j’ai eu l’occasion de rejoindre un groupe d’étude biblique en plus de nos réunions hebdomadaires de FES. Nous nous retrouvions une fois par semaine pendant les semestres. Nous avions appelés le groupe « Les chirurgiens de la Bible » parce que nous voulions disséquer la Parole, la découvrir et appliquer ces découvertes à notre vie. Nous ne voulions pas simplement entendre les résultats de l’étude de quelqu’un d’autre mais interagir nous-mêmes avec les Écritures. Ces études m’ont enseignée à lire les passages de la Bible à travers les yeux de différentes personnes, avec différentes perspectives et différents points d’accès. Cela m’a été très précieux pour ma découverte de Dieu et de sa Parole.

Notre équipière FES, Annette Arulrajah, animait le groupe des chirurgiens de la Bible. Cette expérience m’a aussi enseignée à animer des études bibliques. En tant qu’étudiante, j’observais surtout comment Annette dirigeait. Ce n’était pas compliqué car elle expliquait pourquoi elle faisait certaines choses – même s’il lui fallait répéter à l’identique chaque semaine ! Nous avons ainsi étudié des livres de la Bible tout en apprenant comment mener des études. Grâce à Annette, j’ai appris que l’on pouvait diriger une étude biblique avec une personne ou avec cent. J’ai découvert que l’interaction avec la Parole pouvait être intéressante, participative et vivante. Je pense que la chose la plus importante que j’ai apprise était comment mener une étude biblique de telle façon à ce que les étudiants apprennent à étudier la Parole par eux-mêmes et soient équipés pour conduire une étude biblique avec d’autres.

Ce qui m’inspire à continuer de mener des études bibliques avec d’autres personnes est le désir de voir les étudiants découvrir pour eux-mêmes qui Dieu est, à travers Sa Parole. La Parole est vivante et nous parle encore : elle peut donc nous percer le cœur et nous ramener à Dieu – si nous lui laissons faire. J’ai souvent vu des étudiants tellement émus par la Parole qu’une porte s’ouvrait pour de profondes conversations et qu’ils prenaient de nouveaux pas de foi. Pour moi, quand j’accepte d’accompagner un étudiant, l’important c’est de me rappeler de le faire avec la Parole de Dieu et non mes propres mots.

Je mène des études bibliques et j’y forme d’autres personnes depuis onze ans. Je remercie le Seigneur que cela a permis à beaucoup d’autres étudiants de commencer à diriger des études bibliques à leur tour !

Beatrice Leong, beascuits@gmail.com
Équipière du FES Malaisie jusqu’en 2018

Interaction avec les écritures : Une pépinière de formateurs

Pendant les dernières trois années, j’ai participé à une formation continue sur l’interaction avec les Ecritures. L’idée de cette formation était d’investir sur des personnes jeunes qui pourront à leur tour investir sur d’autres à long terme. Le but n’était pas de mettre en place un programme particulier pour l’interaction avec les Ecritures mais de former des hommes et femmes pour qu’ils traduisent ce qu’ils ont appris dans leurs contextes.

Nous étions dix personnes venant de différents pays de l’Afrique francophone à participer à cette formation. La formation s’est déroulée en trois sessions entre 2015 et 2017 respectivement au Togo, en Guinée Conakry et au Mali ; ces sessions ont fondamentalement permis de saisir la notion de l’interaction avec les Ecritures et d’améliorer nos approches de la Bible. Entre les sessions, nous avions des tâches à accomplir comme étudier l’Evangile de Jean, lire un livre à portée théologique, élaborer des questionnaires d’étude biblique, faire une enquête avec des amis sur leurs perceptions de la Bible.

J’ai trouvé particulièrement important le thème porté sur les convictions que nous avons de la parole de Dieu – pour deux raisons principales. En premier lieu, ce thème permet de revoir ce que nous affirmons au sujet de la parole de Dieu afin d’assurer que nos croyances ne sont pas simplement des affirmations abstraites mais qu’elles sont pleines de sens. En deuxième lieu, il permet à poser les bonnes bases pour interagir avec Dieu à travers Sa Parole. Selon moi, c’est une nécessité absolue que chacun ait de bonnes convictions sur la Parole de Dieu. Ainsi, nous n’aurons plus à courir toujours derrière les gens pour demander s’ils méditent quotidiennement, parce qu’ils le feront.

Ces sessions de formation ont impacté mon ministère et ma vie. Concernant le ministère, j’ai amélioré ma manière de poser les questions sur les textes bibliques pour élaborer les canevas, j’ai mis sur pied un groupe de soutien (finance, matériel, spirituel) pour mon ministère et un groupe de jeunes dans lesquels je m’investis. Avec ce groupe de jeunes je prévoie très prochainement faire des enquêtes auprès des étudiants afin de voir comment nous pouvons leur apporter la pensée de Dieu à la lumière de la Bible.

Dans ma vie personnelle, mon interaction avec Dieu à travers sa Parole a changé. Maintenant je cherche toujours à établir un pont entre ma connaissance biblique et ma vie pratique. Et je me suis fixé comme défi de toujours partager avec d’autres, mes découvertes dans la parole de Dieu lorsque l’occasion se présente.

Salimou Traoré, trasa_86(at)yahoo.fr
enseignant au lycée et responsable du département de l’étude biblique au sein des GBEE Mali.

Initiatives de multiplication

(écrits par Josue Alanis, Cinthya Ocón, Fausto Romero, membres du personnel du MUC Salvador)

Nous sommes reconnaissants envers Dieu d’avoir éveillé notre intérêt pour sa Parole lors des consultations de l’IFES sur l’interaction avec les Écritures. Nous désirons à présent communiquer cet intérêt à d’autres au Salvador. Nous le faisons de différentes manières.

Depuis deux ans, nous animons une session sur l’interaction avec les Écritures lors de notre rencontre nationale de formation pour étudiants. Chaque fois que j’enseigne (Cinthya) cette session, je tombe encore plus amoureuse de la Parole. Je suis sans cesse émerveillée de constater ce que Dieu fait dans la vie des étudiants à travers sa Parole. Et j’ai peu à peu pris conscience de l’importance de la Bible pour notre vie chrétienne.

Au cours des derniers mois, nous avons également eu le privilège d’enseigner des jeunes de différentes Églises sur l’interaction avec les Écritures. C’est une joie de voir leur attitude à l’égard de la Parole de Dieu changer. Ils ont commencé à s’intéresser au travail du MUC à l’université. Ces sessions nous offrent la possibilité de collaborer avec des jeunes de différentes Églises.

Ce qui suscite le plus d’intérêt est la réflexion que l’on propose sur ce que signifie aimer, étudier, vivre et partager la Parole. Nous encourageons les jeunes à cultiver un véritable amour pour Dieu et sa Parole. Étudier, vivre et partager la Parole sont le fruit de cet amour.

Une activité spécifique a été très enrichissante et particulièrement utile pour aider les jeunes à mieux comprendre comment aborder les difficultés de notre monde d’une perspective biblique. Nous commençons par lire des articles sur l’actualité du pays dans lequel nous vivons. Nous demandons aux participants de réaliser un collage à l’aide de journaux, qui évoque les difficultés, les aspirations et les craintes de leurs camarades étudiants. Nous leur demandons ensuite de trouver des réponses à ces problèmes dans la Bible. La plupart répondent avec des versets bibliques qui apportent une réponse superficielle. Nous remettons alors en cause ces réponses pour les aider à prendre conscience de l’importance d’une connaissance biblique plus profonde que quelques versets appris par cœur et connus par la quasi-totalité de la population du Salvador. Nous finissons cet exercice avec une petite étude sur Habakuk, et examinons en quoi la réponse de Dieu à ce prophète pourrait s’avérer pertinente face aux problématiques de notre contexte. Notre but est de parvenir à tenir le journal d’une main et la Bible de l’autre.

Grâce aux sessions sur l’interaction avec les Écritures, nous avons pu toucher la vie de plus de 150 étudiants du MUC et de plus de 50 jeunes issus des Églises. Dieu a été bon et nous avons vu des jeunes s’engager à étudier et à aimer la Parole de Dieu. Notre Église au Salvador doit renoncer à la religiosité et raviver son amour pour la Parole.