Archives par étiquette : formation

De la crainte a l’esperance

Le COMPA avait planifié son rassemblement national étudiant, un événement très attendu, pour avril 2020. La Covid-19 avait déjà gâché certains de mes plans et mis ma dernière année à l’université sens dessus dessous. Le 30 mars, les autorités sanitaires mexicaines ont déclaré un confinement d’envergure nationale, et je suis passé du statut d’étudiant sur le campus à celui d’étudiant en ligne du jour au lendemain. Qu’allait-il arriver à mes plans, mes rêves et mes objectifs de l’année ? Tout était annulé au fur et à mesure ; c’était à la fois triste et frustrant. Cependant, j’ai pu voir la main de Dieu car ma famille était en bonne santé et nous avions les ressources nécessaires.

Le COMPA a annoncé que le camp national se tiendrait en ligne. J’étais très heureux de l’apprendre et, en même temps, triste sachant que je ne verrais pas en personne mes amis qui habitaient dans d’autres régions du pays. Dieu m’a surpris en me montrant qu’il nous donnait une communauté malgré la distance et cette période tourmentée. Près de 1000 personnes se sont inscrites, dont 700 aux études bibliques en ligne.

Quand on m’a demandé de mener l’une d’entre elles, j’ai accepté. J’étais plus que partant puisque j’avais un peu d’expérience dans les études bibliques à distance grâce à la convention nationale étudiante. Mais lorsqu’on m’a appris que le livre étudié serait l’Apocalypse, cela m’a intimidé parce qu’il semble difficile à lire. On nous a invités à une formation en trois volets pour 50 responsables d’études bibliques. Pendant la première session, nous avons voyagé dans ce livre énigmatique ; dans la deuxième, nous avons participé à une étude biblique en ligne ; et durant la troisième, on nous a expliqué la méthodologie.

D’un texte intimidant, le livre de l’Apocalypse est devenu une lueur d’espoir dans les moments d’incertitude. J’ai beaucoup aimé me mettre à la place des personnages et, dans un sens, je me suis identifié à eux. En tant qu’étudiant, j’aime tout avoir à portée de main et sous contrôle, mais j’avais perdu de vue le besoin vital d’aimer Jésus profondément.

J’ai grandi dans mon amour pour le Seigneur car j’ai vu que Jésus était avec nous dans ces nouvelles circonstances. Cette formation était essentielle ; nous avons reçu des aides visuelles et un guide pour gérer le temps, ainsi que des outils pour enseigner.

A ce moment-là, presque aucun d’entre nous n’avait l’habitude d’utiliser Zoom, mais ils ont fait un effort. Même s’il s’agissait d’un appel longue distance, nous nous sentions bien parce que nous étions rassemblés autour de la Bible. Nous avions tous peur d’étudier l’Apocalypse et besoin d’espoir ; Dieu nous l’a donné à travers cet étrange livre. C’était génial parce que cette formation s’est révélée être une vraie introduction pour développer notre mission en ligne pendant ces semestres. Dieu est assis sur son trône, et il nous a surpris au milieu de ces temps incertains en nous donnant confiance et espérance.

Zuriel Castro / Gestion des affaires / COMPA Mexique

Inspirer de l’amour pour l’Ancien Testament

Rencontrer Dieu dans les paroles anciennes, lors d’un voyage, en tant que communauté éparpillée…

Deutéronome 8:3 « …l’homme ne vit pas seulement de pain, mais aussi de toute parole prononcée par l’Eternel. »

Le voyage à travers Deutéronome :

Au cours de cette dernière année, un groupe de 10 membres du personnel dirigeant en Eurasie prirent part à un voyage à travers le livre de Deutéronome. Ce projet pilote vit le jour à cause de deux besoins observés qui trouveront peut-être aussi écho chez vous :

  1. Le besoin éprouvé par le personnel dirigeant de recevoir eux-mêmes un apport et de l’inspiration de la Parole de Dieu ; en effet, ce sont normalement eux qui donnent et qui forment les autres. Nous avons tous besoin de continuer à croître dans notre relation avec Dieu et dans notre connaissance de Lui et notre amour pour Lui.
  2. Le besoin des étudiants de rencontrer Dieu dans l’ensemble des Écritures, y compris l’Ancien Testament. La confusion, la crainte et parfois un manque d’enseignement peuvent mener au sentiment que l’Ancien Testament est distant, voire dépourvu d’intérêt pour le monde d’aujourd’hui, alors qu’en réalité il comporte les Saintes Écritures qui « peuvent te donner la vraie sagesse, qui conduit au salut… ».
    En tant que personnel et étudiants, nous voulons et avons besoin de grandir en assurance dans la lecture, la compréhension et l’enseignement de l’Ancien Testament.

Le Voyage à travers Deutéronome fut conçu pour permettre à un groupe de pairs de cheminer ensemble et d’apprendre les uns des autres. Nous voulions approfondir notre connaissance d’un livre de l’Ancien Testament afin de nous servir d’ouverture sur le reste des Écritures. Nous luttâmes avec le Dieu que nous y rencontrâmes, nous cheminâmes avec ce Dieu qui secourut Son peuple et le mena à travers le désert. Nous nous émerveillâmes devant les paroles qu’Il donna à Son peuple pour instruire à celui-ci comment vivre (la loi qui parlait de Lui et qui rendit ce peuple unique dans le monde) et devant le don de Lui-même !

Mis à part une rencontre en personne au début et à la fin de l’année, nous nous réunissions tous les mois sur Zoom. Ces appels Zoom s’appuyaient sur des réponses écrites (que nous partagions avec les autres) aux chapitres de Deutéronome que nous avions lu au cours du mois. Celles-ci allaient d’une mini-dissertation à une lettre à un ami ou encore des séances créatives pour les étudiants. Les rencontres virtuelles n’étaient pas toujours faciles mais le fait de se rassembler avec nos différentes cultures nous permit d’être enrichis par les différentes perspectives. Ensemble, nous étudiâmes ce livre difficile avec ses parties historiques, la loi, de la poésie et son appel à une vie radicale en tant que disciples qui suivent le Seul et Véritable Dieu Vivant.

Ce que disent les participants :

« Poser les questions difficiles et voir comment nous pourrions y répondre était bénéfique. Cela a fortifié ma foi… »

« Ce projet m’a encouragé à aider les étudiants à apprécier l’Ancien Testament, la vision d’ensemble des Écritures, pour que nous puissions ensemble apprendre à connaître ce Dieu d’amour, miséricordieux, qui est révélé à travers toute la Bible… »

Deutéronome 32:47 « Car ce n’est pas une parole sans importance pour vous ; d’elle dépend votre vie même » !

Coordinateur de l’Interaction avec les Écritures de l’IFES Eurasie (anonyme car dans un pays sensible)

Une précieuse ressource pour la formation et la mission

« La parole au centre » est une ressource très précieuse que nous avons utilisée dans la formation des nouveaux responsables étudiants à Jalisco. Ce fascicule a aidé les étudiants à approfondir leurs convictions concernant les Écritures, à cultiver leur amour pour la Parole et les a encouragés et mis au défi de vivre leur foi selon la Pa-role. Ce fascicule les a aussi encouragés à se confier dans le pouvoir et dans l’influence de la Parole.

Isaac a été l’un des premiers étudiants avec lequel nous avons commencé à voir chaque semaine les six aspects fondamentaux de l’interaction avec les Écritures que nous trouvons dans ce fascicule. Par conséquent, j’ai pu voir la manière dont Isaac a pu progresser dans sa vie personnelle et dans sa relation personnelle avec la Parole. Ainsi de manière naturelle, il pouvait voir la pertinence et l’importance d’engager la mission à l’université et cela lui donnait en son cœur une confiance accrue pour la mission, en ayant la bonne motivation.

Par ailleurs, le guide de questions que l’on trouve page 27 de la « Parole au centre » nous a aidés à nous approcher et à inviter de nouveaux étudiants aux groupes d’étude biblique du campus. Nous leur avons demandé la permission de leur poser des questions et lorsqu’ils étaient d’accord, nous avons commencé par leur demander s’ils avaient été en contact avec la Bible. S’ils répondaient par l’affirmative, nous leur demandions où et quand. De nombreuses fois, ils nous disaient qu’ils avaient été en contact avec la Bible. Cependant, lorsque nous avancions dans nos questions, ils finissaient par découvrir qu’ils ne savaient pas grand chose de la Bible. Et en s’en rendant compte, ils se sont montrés ouverts pour prendre part à un espace où ils pourraient en apprendre davantage sur la Bible. C’est à ce moment que nous les invitions à l’étude biblique à l’université. Beaucoup sont venus assister, d’autres au moins l’ont envisagé à une autre occasion.

C’est de cette façon que nous avons fait connaissance de Monica, une étudiante en biologie. Elle avait accepté d’assister au groupe d’étude biblique après un temps où nous lui avions posé les questions de la page 27. Ce jour-là, nous avons étudié Marc 2:13 à 17 concernant l’appel de Levi. Elle s’est montrée très ouverte et participative. Elle s’en est allée contente et est revenue la semaine suivante. Ainsi, elle a commencé à assister à l’étude biblique chaque semaine pendant le semestre et au fil du temps, notre amitié a grandi.

En tant qu’ouvriers dans le ministère, nous avons la responsabilité d’équiper les étudiants pour accomplir la mission de la meilleure manière et les aider à approfondir les Écritures. Ainsi, dans le but de former nos nouveaux responsables étudiants, nous nous appuyons sur cette précieuse ressource de « La Parole au centre ».

Rosa Angélica Ramírez Blanco
Equipière à Jalisco
Compañerismo estudiantil

Une étude biblique qui s’est beaucoup multipliée

En tant qu’étudiante, j’ai eu l’occasion de rejoindre un groupe d’étude biblique en plus de nos réunions hebdomadaires de FES. Nous nous retrouvions une fois par semaine pendant les semestres. Nous avions appelés le groupe « Les chirurgiens de la Bible » parce que nous voulions disséquer la Parole, la découvrir et appliquer ces découvertes à notre vie. Nous ne voulions pas simplement entendre les résultats de l’étude de quelqu’un d’autre mais interagir nous-mêmes avec les Écritures. Ces études m’ont enseignée à lire les passages de la Bible à travers les yeux de différentes personnes, avec différentes perspectives et différents points d’accès. Cela m’a été très précieux pour ma découverte de Dieu et de sa Parole.

Notre équipière FES, Annette Arulrajah, animait le groupe des chirurgiens de la Bible. Cette expérience m’a aussi enseignée à animer des études bibliques. En tant qu’étudiante, j’observais surtout comment Annette dirigeait. Ce n’était pas compliqué car elle expliquait pourquoi elle faisait certaines choses – même s’il lui fallait répéter à l’identique chaque semaine ! Nous avons ainsi étudié des livres de la Bible tout en apprenant comment mener des études. Grâce à Annette, j’ai appris que l’on pouvait diriger une étude biblique avec une personne ou avec cent. J’ai découvert que l’interaction avec la Parole pouvait être intéressante, participative et vivante. Je pense que la chose la plus importante que j’ai apprise était comment mener une étude biblique de telle façon à ce que les étudiants apprennent à étudier la Parole par eux-mêmes et soient équipés pour conduire une étude biblique avec d’autres.

Ce qui m’inspire à continuer de mener des études bibliques avec d’autres personnes est le désir de voir les étudiants découvrir pour eux-mêmes qui Dieu est, à travers Sa Parole. La Parole est vivante et nous parle encore : elle peut donc nous percer le cœur et nous ramener à Dieu – si nous lui laissons faire. J’ai souvent vu des étudiants tellement émus par la Parole qu’une porte s’ouvrait pour de profondes conversations et qu’ils prenaient de nouveaux pas de foi. Pour moi, quand j’accepte d’accompagner un étudiant, l’important c’est de me rappeler de le faire avec la Parole de Dieu et non mes propres mots.

Je mène des études bibliques et j’y forme d’autres personnes depuis onze ans. Je remercie le Seigneur que cela a permis à beaucoup d’autres étudiants de commencer à diriger des études bibliques à leur tour !

Beatrice Leong, beascuits@gmail.com
Équipière du FES Malaisie jusqu’en 2018

Devenir une communauté qui écoute

Au cours de ces dernières années, j’ai eu le privilège d’investir dans les leaders à travers le réseau des jeunes équipiers. Il s’agit d’un réseau de jeunes équipiers qui servent avec l’IFES en Europe. Notre objectif est d’être une communauté qui permet aux équipiers de croître et de poser de bonnes fondations pour le début de leur ministère. L’an passé, ce temps m’a mis au défi de réfléchir à ce que cela signifie pour cette communauté d’apprentissage d’être une communauté qui écoute – une communauté qui est transformée par la Parole. Cela évoquait un sentiment que j’avais déjà : nous passions beaucoup de notre temps à enseigner la Parole à d’autres, mais je n’étais pas si sûre que notre propre interaction personnelle avec les Écritures avait la même priorité.

Alors nous avons posé un défi à nos jeunes équipiers. Nous leur avons demandé de s’immerger dans l’histoire de Pierre sur une période de 6 mois. Pour ce faire, il fallait lire Marc, Actes et 1 Pierre ainsi que faire certains exercices à la fois individuellement et avec les autres. Nous voulions qu’ils regardent à la manière dont Dieu avait formé Pierre en tant que leader, et qu’à travers cela, ils mènent une réflexion sur la manière dont Dieu les forme.

A la fin de ce défi, nous nous sommes réunis pour mener une réflexion et faire part de l’expérience. Cette rencontre était à la fois décourageante et encourageante.

Cela était décourageant parce que cela a confirmé que l’interaction personnelle avec la Parole de Dieu ne figurait pas dans les grandes priorités. Il y avait quelques exceptions mais la plupart des équipiers luttaient pour mettre du temps à part pour cela. Ils étaient si occupés à faire que prendre le temps de s’immerger dans la Parole de Dieu semblait être un luxe qu’ils ne pouvaient se permettre. Je ne pense pas qu’ils soient seuls à lutter avec cela. Il y a la tentation pour nous tous de nous concentrer sur ce que nous faisons, sur les aspects de notre ministère que les autres voient. Puis nous commençons à négliger notre besoin d’avoir nos propres cœurs et intelligence constamment renouvelés et transformés par la Parole de Dieu. Et là, c’est un endroit vraiment dangereux où se trouver.

Mais cette expérience m’a aussi montré quelque chose : lorsque nous donnons du temps à l’écoute de la Parole ensemble en communauté, Dieu parle et sa Parole transforme. Alors que nous menions une réflexion ensemble sur ce que nous avions appris, il y avait un thème commun : Dieu est patient dans la manière dont il développe les leaders. En réfléchissant à l’échec de Pierre, nous avons vu une fois de plus que ce ne sont pas nos compétences qui font que Dieu peut nous utiliser mais plutôt sa grâce.

Tout comme Pierre, nous sommes enclins à échouer – tout comme notre manque d’interaction avec la Parole de Dieu le montre. Mais Dieu est tout aussi patient avec nous ; il est tout aussi prêt à nous offrir sa grâce. Dieu désire nous parler. Alors continuons à l’écouter.

Heledd Job
Heledd est originaire du Pays de Galles et vit en Italie. Elle fait partie de l’équipe du développement du leadership en Europe, chargée principalement de la coordination du réseau des jeunes équipiers.

Équiper les étudiants pour étudier la Parole

Découvrez le témoignage d’un étudiant ayant participé au congrès d’étude biblique du FCSI Israël :
« L’année dernière, j’ai vécu le temps le plus difficile de ma vie – j’ai perdu ma mère après un long combat contre le cancer. Elle était ma meilleure amie, mon modèle, une source de soutien et la plus grande bénédiction que Dieu m’ait jamais donnée. Je ne pouvais pas imaginer ma vie sans elle. Lorsque je me suis rendu au congrès, elle avait arrêté de répondre aux traitements et son état se détériorait très rapidement. Au cours de ce congrès d’étude biblique, nous avons étudié l’histoire de Jésus qui calmait la tempête ; au travers de celle-ci, Jésus est venu à la rencontre de mes craintes, de ma douleur, de ma vulnérabilité, qui me tenaient paralysé et il a calmé les tempêtes qui faisaient rage en mon être intérieur. La puissance de sa présence et sa paix irrésistible m’ont envahi, m’ont soutenu tout au long de cette situation accablante et m’ont aidé à surmonter ce qui me paraissait insurmontable. »
Notre vision pour le congrès d’étude biblique du manuscrit de Marc est née en 2014 : nous voulions voir des étudiants passionnés de la Parole et qui savent comment étudier et interagir avec les Écritures. Nous voulions que les étudiants rencontrent Jésus au travers de sa Parole et qu’ils soient transformés de l’intérieur. Pourtant la réalité était que nos étudiants ne disposaient pas des outils nécessaires pour étudier la Bible seul ou en groupe. Notre souhait était donc de leur proposer une méthode d’étude qui les mettraient à l’aise pour étudier la Bible avec leurs amis et dans les groupes d’étudiants. Nous étions convaincus que cela donnerait aussi à nos étudiants le courage d’inviter leurs amis non-chrétiens à étudier la Bible avec eux, et leur offrir l’opportunité de rencontrer Jésus dans sa Parole.

En repensant à ces débuts, nous sommes remplis de reconnaissance et de joie pour ce que nous avons vu du plan de Dieu pour les étudiants chrétiens en Israël. La première fois que nous avons invité des étudiants à venir rencontrer Jésus à ce congrès au travers du livre de Marc, moins de 20 étudiants s’étaient engagés à nous rejoindre. Cette année, nous avons vécu le troisième congrès annuel consécutif et, pour la première fois, nous avons accueilli 110 participants ! Les étudiants commencent à partager comment ce congrès a façonné leur foi et leur a donné de nouveaux yeux pour lire les Écritures. De plus en plus d’étudiants lisent la Bible et remarquent des changements visibles dans leur vie.

Notre prière est de voir l’amour pour les Écritures et la passion que nous remarquons parmi nos étudiants avoir un impact sur le corps de Christ en Israël.

Rasha Saba, rasha@fcsi.ws
Coordinateur du ministère et de la formation parmi les étudiants arabes du FCSI Israël

Interaction avec les écritures : Une pépinière de formateurs

Pendant les dernières trois années, j’ai participé à une formation continue sur l’interaction avec les Ecritures. L’idée de cette formation était d’investir sur des personnes jeunes qui pourront à leur tour investir sur d’autres à long terme. Le but n’était pas de mettre en place un programme particulier pour l’interaction avec les Ecritures mais de former des hommes et femmes pour qu’ils traduisent ce qu’ils ont appris dans leurs contextes.

Nous étions dix personnes venant de différents pays de l’Afrique francophone à participer à cette formation. La formation s’est déroulée en trois sessions entre 2015 et 2017 respectivement au Togo, en Guinée Conakry et au Mali ; ces sessions ont fondamentalement permis de saisir la notion de l’interaction avec les Ecritures et d’améliorer nos approches de la Bible. Entre les sessions, nous avions des tâches à accomplir comme étudier l’Evangile de Jean, lire un livre à portée théologique, élaborer des questionnaires d’étude biblique, faire une enquête avec des amis sur leurs perceptions de la Bible.

J’ai trouvé particulièrement important le thème porté sur les convictions que nous avons de la parole de Dieu – pour deux raisons principales. En premier lieu, ce thème permet de revoir ce que nous affirmons au sujet de la parole de Dieu afin d’assurer que nos croyances ne sont pas simplement des affirmations abstraites mais qu’elles sont pleines de sens. En deuxième lieu, il permet à poser les bonnes bases pour interagir avec Dieu à travers Sa Parole. Selon moi, c’est une nécessité absolue que chacun ait de bonnes convictions sur la Parole de Dieu. Ainsi, nous n’aurons plus à courir toujours derrière les gens pour demander s’ils méditent quotidiennement, parce qu’ils le feront.

Ces sessions de formation ont impacté mon ministère et ma vie. Concernant le ministère, j’ai amélioré ma manière de poser les questions sur les textes bibliques pour élaborer les canevas, j’ai mis sur pied un groupe de soutien (finance, matériel, spirituel) pour mon ministère et un groupe de jeunes dans lesquels je m’investis. Avec ce groupe de jeunes je prévoie très prochainement faire des enquêtes auprès des étudiants afin de voir comment nous pouvons leur apporter la pensée de Dieu à la lumière de la Bible.

Dans ma vie personnelle, mon interaction avec Dieu à travers sa Parole a changé. Maintenant je cherche toujours à établir un pont entre ma connaissance biblique et ma vie pratique. Et je me suis fixé comme défi de toujours partager avec d’autres, mes découvertes dans la parole de Dieu lorsque l’occasion se présente.

Salimou Traoré, trasa_86(at)yahoo.fr
enseignant au lycée et responsable du département de l’étude biblique au sein des GBEE Mali.

Une cuisine saine

Une introduction à un nouveau genre de livre de recettes écrit par l’équipe internationale de l’Interaction avec les Écritures

BildkochenkleinChez nos mouvements d’étudiants, nous nous engageons à former notre personnel et nos étudiants à l’interaction avec les Écritures. Comment décidons-nous du contenu de nos évènements formación ? Quels ingrédients faut-il pour préparer un plat plein de nutrition et de saveur ?

La réponse à cette question dépend du contexte et du groupe cible précis. Par exemple, nous préparons souvent un plat différent pour les étudiants que pour le personnel. La réponse à cette question dépendra aussi de notre vision globale. Quel résultat voulons-nous voir de la totalité de notre formación à l’interaction avec les Écritures ? Et quelle en est donc la conséquence pour les différents événements de formation ?

« Mes enfants, pour qui j’endure une fois encore les douleurs de l’enfantement jusqu’à ce que Christ soit formé en vous… » (Galates 4.19, BDS) « Jusqu’à ce que Christ soit formé en vous… » – quelle belle expression de ce que Paul a sur le cœur pour ces églises !

Qu’aimeriez-vous voir comme résultat de la totalité de votre formación à l’interaction avec les Écritures ? Prenez un moment pour verbaliser votre vision. Veuillez réfléchir de manière précise autour de votre groupe cible.

J’ai l’impression que nous nous concentrons souvent uniquement sur quelques-uns des ingrédients nécessaires pour accomplir la vision globale et que nous en négligeons d’autres. Parfois…

  • Nous enseignons des méthodes d’étude biblique sans traiter des attentes et de l’attitude avec lesquelles notre personnel et nos étudiants abordent la Parole de Dieu ;
  • Nous donnons une formation autour du développement et de l’animation de groupes d’étude biblique sans prendre le temps de réfléchir à ce qui se passe réellement dans ces groupes ;
  • Nous parlons beaucoup de la Bible mais passons un temps disproportionnellement moindre à l’écoute de la Parole de Dieu et à lui permettre de nous parler. Lors de nombreux événements de formation, le matin commence par une étude ou une exposition biblique, mais il y a très peu de temps pour intérioriser ce qu’on a entendu, pour se tremper dans la Parole, pour rencontrer Jésus.

L’équipe internationale de l’Interaction avec les Écritures de l’IFES vous a écrit une aide de cuisine. Cette nouvelle ressource ne propose pas un programme standard. Elle nous aide plutôt à planifier soigneusement ce que nous incluons dans nos programmes de formation.

Formación à l’interaction avec les Écritures – une ressource pour planifier et développer des programmes de formation : Vous pouvez télécharger ce matériel ici.

Sabine Kalthoff
Secrétaire de l’IFES pour l’Interaction avec les Écritures

BEST-P : Les étudiants apprennent à enseigner la Bible

logoFOCUSDepuis 1989, FOCUS Kenya dispense Best-P, un programme d’autoformation aux méthodes expositoires (Bible Exposition Self-Training Program). Ce programme forme les étudiants aux méthodes d’étude de la Bible et de la prédication expositoire par le biais de petits groupes qui étudient des livres de la Bible. Chaque participant prépare une prédication expositoire, la présente aux autres, puis recueille leurs commentaires. Les étudiants qui participent à ce programme bénéficient d’une formation initiale à l’étude de la Bible. Vous pouvez lire ci-dessous l’expérience d’un étudiant ayant suivi le programme BEST-P. Vous trouverez une description plus détaillée du concept BEST-P en suivant ce lien.

J’ai entendu parler de BEST-P en 1998 lors de ma deuxième année universitaire. À ce moment-là, j’avais une mauvaise estime de moi et j’étais confronté à de nombreux doutes dans ma marche chrétienne. Bien qu’ayant été élevé dans une famille chrétienne, je n’avais pas vraiment eu de formation de disciple. Lorsque j’ai entendu parler de ce groupe de 40-50 étudiants chrétiens qui se réunissaient chaque semaine pour apprendre à étudier la Bible, j’étais intéressé. Depuis lors, je n’ai jamais manqué une seule réunion BEST-P jusqu’à la fin de mes études ! Lors des réunions de groupe, un livre de la Bible était présenté. Les participants étaient alors répartis en groupes de 4 à 6 étudiants, et chacun d’entre eux se voyait assigner une portion du livre. Une semaine plus tard, chaque groupe présentait une brève étude de ce passage à l’ensemble des participants. Après chaque présentation, il y avait une discussion plénière et une évaluation. Je trouvais cela plutôt fascinant, car lors des réunions d’Église auxquelles j’avais assisté jusque là, les enseignements bibliques étaient essentiellement des monologues.

Avant de quitter le campus, nous avons étudié des sujets comme l’étude inductive de la Bible, l’herméneutique, l’homilétique, la prédication expositoire, l’apologétique et la rédaction des canevas d’étude biblique. Savoir qu’il y aurait une discussion et des commentaires après chaque présentation nous motivait à faire des recherches et une étudie approfondie. Cela rendait notre travail encore plus intéressant et stimulant.  Bientôt je faisais partie de l’équipe d’étudiants prédicateurs de l’union chrétienne. Ma passion pour la Bible s’est approfondie à mesure que ma lecture de la Bible prenait du sens. Cette passion m’a amené à poursuivre une maîtrise en études bibliques.

Depuis, j’ai eu l’occasion de prêcher et d’enseigner l’Évangile dans les écoles, les unions chrétiennes et les Églises. Je rédige également des canevas d’étude biblique sur mon lieu de travail pour des réunions de groupe. Longue vie à BEST-P !

Kepha Nyandega, au service du Conseil national des Églises au Kenya

Formation continue

Depuis 2005, le département de formation de l’UGBB (IFES Burkina Faso) offre une formation continue à des étudiants. Cette formation qui s’étend sur deux ans vise à transmettre des connaissances sur la Bible et sur les Groupes Bibliques à des étudiants, qui, à leur tour, les transmettront à d’autres étudiants. La base biblique de la formation est 2 Timothée 2, 2 : « Et l’enseignement que tu as reçu de moi et que de nombreux témoins ont confirmé, transmets-le à des personnes dignes de confiance qui seront capables à leur tour d’en instruire d’autres. » La formation est composée des moments d’apprentissages théoriques et des temps évaluations pratiques (exercices à faire à la maison et devoirs).

PatriciakleinJ’ai eu la joie de participer à cette formation pendant ces deux dernières années. Personnellement, ce qui m’a poussé à prendre part à cette formation était la soif d’en connaitre plus sur la Parole de Dieu. Pendant la première année, nous avons suivi soixante heures de formation théorique sur les thèmes suivants : l’évangélisation, le suivi et l’intégration de nouveaux chrétiens, les études bibliques, l’exposé biblique, la prière, le leadership, l’encadrement des groupes bibliques scolaires, la vision Pierres Vivantes, la mobilisation des fonds, et la connaissance du mouvement des Groupes Bibliques. Pendant la deuxième année, nous avons reçu trente heures de formation théorique suivie d’une évaluation pratique. Pour cette année, nous avons pu choisir un domaine de spécialisation. Il y avait quatre filières au choix :

  • Connaissance du Mouvement des Groupes Bibliques
  • Évangélisation
  • Leadership
  • Étude Biblique

J’ai choisi l’étude biblique. Grâce à cette formation, je peux maintenant mener des études bibliques approfondies et partager mes découvertes avec mon entourage. J’ai aussi commencé à donner des formations sur les méthodes d’étude biblique dans nos cellules universitaires. Dans ma propre vie, j’ai pris l’habitude de réaliser une étude biblique personnelle chaque semaine (ou presque chaque semaine). Ainsi j’ai déjà pu étudier une grande partie du livre de Samuel dans l’Ancien Testament.

Il m’arrive souvent de tomber sur un passage familier ou qui à première vue, n’offre pas de révélation spéciale. Mais à force de questionnements et de réflexions, je découvre des vérités qui enrichissent ma compréhension de Dieu et ma marche avec lui. Je découvre que la Bible est une source inépuisable.

Patricia Nata Zième Kambou, étudiante en Science de la vie et de la terre, Burkina Faso (bethelsion(at)yahoo.fr)