Archives par étiquette : réponse

Mon psaume : « J’ai lu le Livre »

Guinée, juillet 2017. Une formation a lieu sur l’interaction avec les Ecritures. Après avoir réfléchi sur nos motivations et convictions concernant la Parole de Dieu, chaque participant a écrit son propre psaume. Après 30 minutes de rédaction, nous nous sommes rassemblés et chacun(e) a lu son psaume. C’était un moment fort d’adoration de notre Dieu. Après avoir entendu tous les psaumes, nous avons fait part de notre expérience. Voici quelques réactions : « Cela mène à un esprit de prière. » « Avec chaque personne, j’espérais que cela n’allait jamais se terminer. » « C’est comme si on était en relation directe avec Dieu. »

Lisez un de ces psaumes, écrit par Axel Aurenche Gbelia, un étudiant de Côte d’Ivoire :

J’ai lu des livres
J’ai été civilisé
J’ai lu des livres
J’essaie encore même de me cultiver

Mais j’ai lu le Livre
L’artisanal de Dieu
Son album, Son manuscrit
Qui transcende le préhistorique jusqu’à l’avenir

J’ai lu le Livre
L’écriture et le graphisme céleste
L’histoire des expériences de Dieu d’avec l’homme
Et des hommes d’avec Dieu

J’ai lu le Livre
Je sais maintenant d’où je viens
Qui Dieu dit que je suis
Qui je suis et où je vais

J’ai lu le Livre
La brochure, la publication de Dieu
Mes déserts se refleurissent
Mes larmes se réjouissent

J’ai lu le Livre
L’édit et la sculpture de Dieu
Je peux pleurer de joie
Et même rire dans le malheur

Je sais qui Il est
Lui, le glossateur et le Dieu des lettres
Lui, l’historien des âges et le littérateur suprême

J’ai lu le Livre
J’ai lu Son Livre
Plus que formé
Plus qu’instruit
Plus qu’enseigné
Plus que convaincu
Je suis transformé pour la vie.

« SELAH »

Attention. Pause. S’arrêter et écouter. Souligner ce qui vient d’être dit. Dans les Psaumes, « selah » est une pause entre deux différentes parties des Psaumes. Bien que son sens soit vague, il pourrait venir de l’hébreu « salah » qui signifie « suspendre » ou « peser ». Dans le contexte de notre écoute de la Parole, cela signifie l’espace que nous accordons à la Parole pour nous étudier ! Nous employons le terme « selah » pour dire que nous prenons un temps de 10 à 15 minutes pour nous tenir dans la présence de Dieu à affectionner sa Parole et permettre à sa Parole d’examiner notre vie.

A chaque congrès étudiant en Asie de l’Est, nous commençons délibérément notre journée par un selah. Nous nous souvenons des expressions clés qui ont été dites (soit dans le silence soit lorsque le directeur spirituel s’arrête sur ces expressions). Avec ces expressions à l’esprit, nous nous attardons dans la présence de Dieu, en créant un espace pour que Dieu imprègne sa Parole en nous et que nous pesions notre réponse envers lui. Parfois, une question d’examen de conscience s’ajoute à ce moment de selah.

Il est extraordinaire de voir comment le silence et la solitude commencent à faire leur effet ! Il est émouvant de voir comment le Saint-Esprit touche nos cœurs par la Parole que nous venons d’entendre et demande une réponse. Les étudiants trouvent que cette pause porte leur attention sur ce que Dieu fait dans leur vie ; quelque chose qui peut facilement passer à la trappe dans les occupations de leur vie quotidienne.

Au fil des ans, cette pratique a pris de l’ampleur dans toute la région. A l’occasion d’une retraite de responsables étudiants à Singapour (2014), Dieu a utilisé ce temps de selah pour briser leurs cœurs. Ensemble ils ont été convaincus de leurs péchés et ils ont écouté ce que Dieu voulait réellement faire à travers leur groupe étudiant.

Dans un groupe universitaire en Malaisie, la coordinatrice de la prière débute la réunion de prière hebdomadaire par un selah. Elle invite les étudiants à bien réfléchir à ce que Dieu a dit dans leur vie au cours de la semaine, en accordant du temps pour que les personnes soient individuellement examinées par Dieu et sa Parole. Cela a permis à beaucoup d’étudiants d’être beaucoup plus intentionnels dans leur vie.

Plusieurs groupes des campus terminent leur temps d’interaction avec les Écritures par quelques minutes de solitude pour affectionner la parole de Dieu.

Voici quelques-unes des répercussions que l’on a pu voir dans nos mouvements en Asie de l’Est : « La Parole et ses exigences sont devenues plus claires pour moi » ; « la Parole de Dieu m’a convaincu de péchés » ; « j’ai abandonné à Dieu  les choses que je retenais» ; « je me sens réconforté et libéré du poids de ma culpabilité et la honte qui m’écrasait» ; « j’ai tenu l’engagement fait il y a cinq ans dans un selah et je change maintenant de travail parce que c’est là où Dieu me conduit ».

Allons-y. Que la Parole de Dieu nous étudie !

Annette Arulrajah (anet195(at)yahoo.com)
Secrétaire régionale associée pour l’Asie de l‘Est

Qu’est-ce que l’Interaction avec les Écritures ?

Cette question en apparence simple mérite réflexion. Est-ce que l’Interaction avec les Écritures, ça veut dire lire ma Bible ?

L’IFES a commencé à employer le terme « Interaction avec les Écritures » (en anglais « Scripture Engagement ») dans la vision Pierres vivantes 2020. Cette terminologie me semble utile car elle nous invite à adopter une vision relationnelle et plus large de la place que nous donnons à la Bible dans notre vie.

_L’Interaction avec les Écritures implique d’étudier la Bible. Mais c’est plus que cela : c’est aussi aimer, vivre et partager la Parole de Dieu.

_L’interaction avec les Écritures implique de prendre spécifiquement du temps pour nous confronter à la Parole de Dieu, dans un endroit précis. Mais c’est plus que cela encore : l’Interaction avec les Écritures n’est pas seulement une activité. C’est un mode de vie.

_L’interaction avec les Écritures nous aide à progresser dans notre connaissance de Dieu et du monde. Mais c’est même plus que cela encore : c’est faire une rencontre transformatrice avec le Dieu vivant.

Au cœur de l’Interaction avec les Écritures, il y a une relation. L’Interaction avec les Écritures, c’est interagir avec le Dieu vivant, à travers sa Parole écrite. Les textes de la Bible ne sont pas seulement des objets d’étude ; ils sont une  chambre dans laquelle nous entrons pour rencontrer Jésus (voir Jean 5:39-40). Ainsi, la Parole de Dieu nous amène dans la présence de Dieu lui-même, nous invitant à le connaître et à lui faire confiance, à recevoir sa grâce,  à jouir de la relation avec Dieu , et à renouveler notre engagement vis-à-vis de lui.

L’Interaction avec les Écritures implique d’écouter Dieu et de lui répondre. Nous savons tant de choses, mais nous avons du mal à les incarner dans notre vie. Beaucoup d’entre nous ont une grosse tête, mais de petits pieds. Pourtant, notre réponse est essentielle. La Parole de Dieu ne nous a pas été donnée pour faire de nous des élèves brillants, mais des amoureux et des disciples de Jésus qui incarnent son Évangile dans un monde perdu et brisé.

L’Interaction avec les Écritures n’est donc pas effective tant qu’elle ne se traduit pas dans la vie quotidienne : dans nos paroles et actions (voir Matthieu 7:24-27). Cela ne se produira que si nous sommes disposés à obéir et capables d’interagir avec les Écritures de manière pertinente dans notre contexte. Interagir avec les Écritures, avec Dieu et avec le monde qui nous entoure, tout cela doit aller de pair.

Qui est l’acteur principal dans l’Interaction avec les Écritures ? Est-ce nous, qui ouvrons notre Bible et qui l’étudions ? Non. C’est Dieu. Lorsque nous nous mettons à explorer la Parole, nous comprenons assez vite qu’en réalité, nous sommes explorés par la Parole. Dieu se sert de sa Parole pour entrer en contact avec nous par l’intermédiaire de son Esprit Saint. Ainsi, nous nous présentons à lui l’esprit ouvert, prêts à écouter, à nous laisser transformer et à prendre notre place en tant que participants actifs dans l’histoire de Dieu au sein de ce monde.

La Bible mentionne plusieurs interactions possibles par rapport à la Parole de Dieu : louer, honorer, écouter, méditer, prendre à cœur, se souvenir, manger, étudier, comprendre, accepter, recevoir, faire confiance, agir, obéir, enseigner, chanter, proclamer… et bien plus encore. L’Interaction avec les Écritures, c’est tout cela à la fois. Cette vidéo (en anglais) se penche sur l’un de ces verbes : manger la Parole de Dieu.

Qu’est-ce que l’Interaction avec les Écritures ? Pourquoi ne pas prendre le temps de discuter de cette question avec vos groupes étudiants et vos équipiers ? Cela en vaut la peine !

Sabine Kalthoff

Une drôle de conversation

Imaginez une conversation où une personne livre son cœur et ses pensées sans susciter de réaction de la part de son interlocuteur. Ce serait très étrange. Pourtant, c’est parfois comme cela que nous nous comportons avec Dieu.

Si la Bible est la Parole que Dieu nous adresse, quelle est notre réponse ? Si c’est ce que Dieu nous dit, que lui répondons-nous ? L’interaction avec la Bible implique d’entendre et de répondre à la Parole de Dieu. Parfois, le but de nos études bibliques semble principalement être de recueillir des informations. Chaque fois, nous en ajoutons un peu plus à notre base de connaissances. C’est très bien, mais ce n’est pas une réponse adéquate à la voix du Dieu vivant.

Quel genre de réponse demande ce passage des Écritures ?

Cette question vaut la peine d’être posée à chaque étude biblique. Il peut s’agir d’un acte de bonté, d’aller se réconcilier avec quelqu’un, ou d’un autre pas d’obéissance et de foi. Pourtant, tous les passages de la Bible ne nous appellent pas à l’action. La réponse la plus appropriée pourrait alors être d’adorer et de louer Dieu pour qui il est ou de recevoir tout à nouveau son amour et sa grâce.

Comment pouvons-nous aider les étudiants à répondre à la Parole de Dieu à travers leur vie ?

Inclure un temps de réponse à nos études bibliques pourrait être une première étape. Cela implique davantage que de discuter des applications possibles d’un passage biblique. En fonction du passage, un temps de réponse pourrait consister à prendre du temps pour adorer Dieu ensemble, réfléchir en silence, prier ensemble, entreprendre quelque chose en groupe, etc. J’ai souvent constaté que les sujets de prière qui étaient partagés à la fin des études bibliques n’avaient pas de rapport avec le passage étudié. Drôle de conversation. Nous pouvons changer cela en introduisant un temps de prière à l’aide de la question : Comment pouvons-nous prier pour vous à la lumière de ce passage biblique ? Lorsque nous prions la Parole de Dieu en retour, nous lui laissons la possibilité de nous façonner. La Parole de Dieu déploiera sa puissance dans notre vie si nous lui répondons, en paroles et en actes. Nous sommes non seulement appelés à être des auditeurs attentifs de la Parole, mais à la mettre en pratique. Comme le dit Jacques : « Mettez en pratique la parole et ne vous contentez pas de l’écouter en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. » (Jacques 1:22). L’interaction avec les Écritures est incomplète si la Parole de Dieu ne se traduit pas dans notre vie.

Sabine Kalthoff